oestopathie et mediation animale

Ostéopathie animalière et médiation animale

L’ostéopathie est une solution qui dans ma pratique d’intervenante en médiation animale est devenue indispensable !

Voici la première partie d’un article rédigé par Maud Penasa, ostéopathe animale pour Coeur d’Artichien.
  1. L’ostéopathie

Pouvez vous nous décrire sur quels principes fondamentaux se basent l’ostéopathie ?

Les principes de l’Ostéopathie sont ceux basés sur la philosophie d’Andrew Taylor Still au siècle dernier. Précurseur, il a mis en évidence que le corps est un tout et que la maladie n’intervient que quand ce tout rencontre des difficultés d’harmonisation, que son équilibre propre est perturbé et connait donc, des dysfonctions.

En Ostéopathie Animale, nous en utilisons une dizaine qui tous respectent une valeur : respect du corps du patient et du patient lui-même. Ainsi, nous veillons à la non-douleur, au traitement non invasif (Caractérise un acte médical ne comportant pas de passage à travers les tissus cutanés (peau), les muqueuses (couche de cellules recouvrant l’intérieur des organes creux en contact avec l’air)), au respect de l’intégrité du patient et surtout, à l’entièreté du corps et du traitement.

En effet, considérant que tous les systèmes de l’organisme sont en relation étroite et fonctionnent en interdépendance, le sang qui d’une manière ou d’une autre est véhiculé partout dans l’organisme, doit donc être sain, en quantité suffisante et en qualité optimale afin d’approvisionner, nourrir, enrichir toutes les structures qui appartiennent à tous les systèmes, qui permettent ensemble, le bon fonctionnement de l’organisme.


En quoi l’ostéopathie animalière est différente et spécifique de l’ostéopathie humaine ?

L’Ostéopathie animale dépend de la collaboration du patient, qui elle-même dépend de l’approche dudit patient. En effet, un animal ne dira pas directement ni de manière intelligible, qu’il a mal ni où il a mal. Très souvent, nous intervenons sur des animaux qui ont des dysfonctions anciennes pour lesquelles ils ont mis des compensations en place depuis un certain temps. Lorsqu’ils expriment leur gêne, souffrance ou restriction, ils sont dans une impasse et n’arrivent plus à fonctionner tout seul et normalement si l’on peut dire.

Il faut donc inévitablement prendre en compte cette donnée de souffrance/communication propre à l’animal.

D’autre part, les animaux, en l’occurrence les mammifères pour lesquels nous travaillons, ont une locomotion particulière en fonction des espèces, et vivent une « horizontalité » toute différente de la « verticalité » des humains. Nous axons donc notre travail sur leur biomécanique particulière et aborderons nos patients avec un tact et un toucher non invasif ; en effet, ils sont seuls capables de nous retranscrire les informations du corps que le patient ne peut pas rendre intelligibles pour les humains.

Qu’avez vous fait comme formation pour devenir Ostéopathe animalière ?

J’ai fait une Licence d’Ostéopathie Animale dans un premier temps, à l’European School of Animal Osteopathy (en Angleterre). Puis, après avoir présenté et soutenu mon mémoire de fin de premier cycle, j’ai souhaité commencer à travailler.

La frustration quant à certaines techniques et certaines connaissances que je touchais du doigt mais ne maitrisais pas, m’a conduit à faire en même temps, le Master I d’Ostéopathie Animale délivré par l’European School of Animal Osteopathy (ESAO). J’ai poursuivi dans la foulée avec le Master II dont j’ai validé les écrits et la pratique en juin 2010. Je vais proposer et présenter mon mémoire de fin de deuxième cycle en juin de cette année. Par la suite, je souhaite intégrer la première promotion pour le Doctorat que nous cherchons à mettre en place dans les deux ou trois prochaines années.

Existe-t-il différentes écoles d’ostéopathie animale en France et en Europe ? En quoi sont-elles différentes ?

En France malheureusement, il n’existe pas la même formation que celle que j’ai suivi; cette dernière bénéficie de l’agrément et des accréditations pour l’enseignement supérieur et les hautes études en Europe. De plus, elle bénéficie de la reconnaissance de son sérieux et de son ancienneté.

Une poignée d’écoles fleurit en France fréquemment qui ne proposent pas une formation suffisante ni complète (seulement certaines techniques), ou pire, qui sont ouvertes par des gens qui ne sont pas ostéopathes.

La kinésithérapie, le shiatsu, l’étiopathie, la médecine vétérinaire sont des approches particulières apportant des soins spécifiques. Il en va de même pour l’Ostéopathie. Il est donc difficilement envisageable de former des ostéopathes quand on n’entend rien à la philosophie ni aux principes propres à l’Ostéopathie.

La suite : Ostéopathie et Médiation Animale prochainement sur www.coeurdartichien.fr

Maud PENASA Ostéopathe Animalier
tel : 06.77.10.09.17
Région Grand Ouest